[Les choses de la vie] Le caca

Hello world !

Aujourd’hui, je lance (pas trop loin) une nouvelle série de posts. Et oui, c’est décidé, je vous apprend la vie les mollusques ! Et quand on veut apprendre la vie à quelqu’un, surtout à un lectorat aussi attardé que le miens, il faut parler de choses qu’on connait, donc aujourd’hui, je vous parle du caca !

Le caca, say quoi ?

Si vous demandez à Wikipedia (parce que je vous rappelle que Google, say le mal), il vous dira ça :

« Le caca, un nom familier donné aux excréments, dont dérivent caca boudin (ou caca bouda) et caca prout, des expressions enfantines »(true story).

Ah, et il vous dira ça aussi, mais ça n’a rien à voir en fait :

« Explosion de Caca, un groupe de rock suisse-romand de la fin des années 1990″.

Voilà, maintenant qu’on a fait un vrai travail de recherche approfondi, on peut commencer à en parler. Alors le caca, comme le dit si bien wikipedia, c’est le résultat de la digestion des aliments que vous bourrez tels de gros sales dans vos bouches et que vous ne prenez même pas la peine de mâcher.  Une fois que la salive à fait son boulot, elle laisse la place aux sucs gastriques et aux intestins qui finiront le boulot. A la sortie de vos intestins, se trouve votre rectum (couramment appelé « boite à caca » par les plus grands scientifiques du monde) et bien-sûr votre anus. Voilà, maintenant que vous savez exactement ce que c’est que le caca, on peut commencer à faire leur race aux idées reçues, parce que croyez-moi, le caca, say fun !

1. Le caca, say moche, ça pue et ça sert à rien (Heil!) !

Première erreur les mollusques, le caca, c’est pas forcément moche, il y en a même de toutes les couleurs. Il y a bien-sûr le caca brun, normal quoi, celui que vous connaissez tous. Mais il y a aussi du caca jaune, vert, noir, blanc. En fait, quand on y réfléchit, on pourrait presque faire un arc en ciel de caca tellement il y a de couleurs. Bon, ok, ça voudra aussi dire qu’il nous faudra récupérer une bonne bande de dégénérés agonisants, parce que non seulement il faut être très con pour faire un arc en ciel en caca, mais en plus, quand il change de couleur à ce point là, en général, c’est pas vraiment bon signe. Et oui, parce que pour vous, le caca, c’est juste un truc que vous faites de temps en temps et qui sort de vos fesses, sans forcément vous laisser indemne, mais en fait, le caca, ça peut apprendre plein de trucs !

Par exemple, le caca noir, en général, il ne sent vraiment, mais alors vraiment pas bon ! En même temps c’est normal puisqu’à priori c’est signe que vous êtes en train de vous vider de votre sang et qu’il y a de fortes chances pour que vous décédiez lentement et particulièrement salement dans les heures qui suivent. Le caca jaune, c’est comme le caca orange. En fait, il passe du jaune au orange, plus il devient foncé, plus je vous conseillerais d’arrêter de picoler bande de gros alcooliques, c’est quand même signe que vous avez mis une bonne raclée à votre foie. Pour le caca vert, aussi appelé caca d’oie, il faut en général vous en prendre à votre thyroïde, ou à votre diabète. Trop de légumes verts aussi, mais ça j’en doute fortement venant de vous. Et passons au dernier (le meilleur), le caca blanc. Je l’aime bien celui-là, le blanc c’est pur, c’est comme ça qu’on se marie, et surtout, c’est classe sur un iPhone. D’ailleurs, le caca blanc, pour le reste de l’article, on va l’appeler le iCaca. Donc, le iCaca, en général, il essaie surtout de vous dire que vous feriez mieux de bouger votre gros cul de geek de votre chaise et de vous rendre aux urgences les plus proches, puisqu’à priori, si votre caca est vraiment un iCaca, votre pancréas a pris vraiment, mais alors vraiment très très cher.

D’ailleurs, dans l’épisode musical de scrubs (pas question que je me fasse chier à chercher la saison et l’épisode, vous aviez qu’à suivre), ils sont d’accord avec moi :

The video cannot be shown at the moment. Please try again later.

2. Le caca, c’est tabou (on en viendra tous à bout).

Aaaaah les coincés du caca, c’est marrant. Personnellement, du caca, au boulot, j’en vois tous les jours alors tabou, non pas vraiment. Ce qui est rigolo, c’est que nous, même si on est en train de manger un boudin ou une bonne vieille mousse au chocolat (ou chocolat blanc pour le iCaca), ben on en a un peu rien à foutre qu’on nous parle de caca. Sérieusement, les coincés du caca, va falloir prendre sur vous, parce que si ça continue comme ça, on aura plus le droit de se moucher à Noël sous prétexte que vous êtes en train de manger des huîtres. Et puis d’abord, c’est pas moi qui avale un molard encore gesticulant.

Donc, le caca, c’est pas tabou, loin de là. Alors oui, gamins, vos parents vous disaient « touche pas say caca », mais je vous rappelle quand même qu’il y a quelques dizaines d’années, on apprenait aux ados que la masturbation ça pouvait tuer, vu le nombre de branleurs qui passent ici tous les jours, j’en doute.

3. Si on ne fait pas caca, on explose.

Faux. Techniquement, on implose. Les intestins pètent, du coup le caca se répand dans le péritoine, ça fait une péritonite. Si on est un gros manche et qu’on ne va pas à l’hôpital, ou qu’on tombe sur un médecin plus concentré sur la visite dans la boite à caca qu’il va faire à son infirmière favorite que sur l’énorme boite à caca sur pattes que vous êtes devenus, il y a quand même de fortes chances pour que ça vire en septicémie et que vous alliez faire coucou à Saint Pierre. Bon rassurez-vous, il y a des signes précurseurs hein : déjà, le fait de pas avoir fait caca pendant une bonne semaine, à la base, ça devrait vous inquiéter. Sinon, si vraiment vous ne sentez rien venir, vous allez vous mettre à ne plus avoir faim, à vomir, à avoir un putain de mal de bide, et dans les cas les plus poussés, à vomir votre caca (ben quoi, c’est intelligent le caca, il sait bien qu’il faut qu’il sorte, alors si il faut, il n’hésite pas à prendre la sortie de secours). Cependant, et là soyez très attentifs les mollusques, si jamais il vous arrive de vomir votre caca, évitez quand même d’avaler de travers en même temps, le caca dans les poumons, ce n’est pas vraiment recommandé.

Voilà, c’était une chose de la vie. Peut-être qu’un jour de vous parlerai d’autre chose. Si vous voulez en savoir plus sur votre caca, vous pouvez aller ici. Seeya !

Ah et euh, spéciale cassdédi à Zebourox, si tu passes par là mec, caca rulez !

 









Comparatif HTC Sensation /Samsung Galaxy S2 et mini-test (mais grosse arnaque) du Galaxy

Comme je suis une grosse bourge petite chanceuse, je me suis récemment offert le Samsung Galaxy S2 (ben ouais, je sais, Noël c’était il n’y a pas longtemps mais que voulez-vous, ma famille est en fait une grosse bande de radins égocentriques et consanguins (ou pas)), j’ai donc décidé de vous faire un petit test perso (promis, il y a aura du caca). Inutile de vous dire qu’ayant un Sony Ericsson Xperia X10 juste avant celui-là, je risque d’être quelque peu enthousiaste (inutile de le dire mais je le dis quand même).

Alors, comme je suis une meuf trop structurée, je vous fais ça en deux parties (trop originales vous allez voir en plus) : les points forts et les points faibles. Mais avant ça, un petit comparatif maison avec son concurrent direct (le seul en fait en ce moment), le HTC Sensation (hey, mais c’est que je ne vous dis pas que des conneries, c’est la première suggestion dans la liste de recherche google, alors hein ! Non mais ! D’abord !).

Pour les caractéristiques techniques, j’vais quand même pas trop me fouler, gpsandco en a fait un très bien, ici, alors un bon vieux screenshot fera l’affaire :

Mais alors, qu’est-ce qui a bien pu me pousser à prendre le Galaxy à la place du Sensation ???

Bon, alors déjà, et là suivez-bien le plan, on attaque les points forts du produit :

  • La mémoire dispo : en effet, comme on le voit si bien dans le joli petit tableau si dessous (non en fait il est tout moche, il n’y a même pas de rose kawaii), le Galaxy S2 embarque une mémoire flash (ça évite de rayer le disque dur (calembour)) de 16 Go, dont 11.5 Go d’espace libre contre seulement 4 Go au total pour le Sensation et 1 Go d’espace libre. Autant vous dire qu’avec toutes les applis à la con que je peux installer, il me fallait de la place.
  • La batterie, qui avait l’air un poil moins en paille, et qui au final, s’avère franchement battre son concurrent puisqu’avec une utilisation modérée (téléphone de temps en temps, wifi ou 3g en permanence, sms et coin-pusher pour passer le temps), le téléphone a quand même tenu 4 jours, 13 heures, 53 minutes et 14 secondes avant que je me décide à le recharger (oui oui, c’est précis).
  • Le poids : étant donné que je suis une meuf, j’ai pas vraiment une force physique pour écarteler un phoque comateux sur la banquise, et comme en plus j’avais pas trop envie de me muscler (ben ouais, une meuf avec des bras musclés, say moche), je me dis que c’était pas plus mal de prendre le moins lourd. En fait, le Galaxy S2, il est un peu comme Steeve Jobs avant sa mort, plus plat, plus léger (je vous avais bien dit qu’on parlerait de caca).
  • L’appareil photo frontal : étant donné que mon cher et tendre va souvent voir sa maîtresse est souvent en déplacement, il nous arrive d’utiliser skype, du coup, même si c’est cher useless l’appareil photo devant, on sait jamais, autant opter pour le mieux (sachant que franchement, celui du Sensation, c’est juste une bonne grosse bouze bien verte).

Voilà pour moi les points principaux sur lesquels le Samsung bat le HTC. Je vous passe la comparaison des écrans (parce que j’y connais rien), des processeurs (parce qu’au final c’est kif-kif le babouin (ouais, je viens de l’inventer celle-là)), l’appareil photo de derrière (tout pareil presque) et le prix puisque de toute façon, il faut vendre un rein pour acheter n’importe lequel des deux « nu ». Il tournent tous les deux sous Gingerbread, du coup, ben voilà quoi. En ce qui concerne la surcouche du constructeur, je ne connaissais pas vraiment celle de Samsung, j’aimais bien Sense, mais franchement, c’est pas ça qui aurait vraiment fait pencher la balance. Chacun ses goûts. Tous les goûts sont dans la nature. La nuit, tous les chats sont gris. Tant va la cruche à l’eau qu’à la fin elle est pleine. Tout vient à point à qui sait attendre. Alea jacta est. Tu quoque mi fili (bon j’arrête là, désolée).

Passons maintenant aux points faibles (on suit toujours le plan, c’est beau la rigueur) :

  • Le design : même si nombre des noobinous que je rencontre le trouve « trop beau », et surtout « on dirait l’iphone », perso, je préfère de loin la gueule du HTC. Mais bon, ce n’est vraiment pas le plus important pour moi (ben ouais, j’suis trop pas une meuf superficielle), le design, osef.
  • L’écran : Amoled ou SuperLCD, perso, m’en cogne parce que je n’y connais rien. Ceci dit, l’écran du HTC est légèrement plus grand (bon, on est pas à un pet de cul près) mais c’est surtout sa résolution qui est quand même bien au dessus de celle du Galaxy. Tant pis. Et puis de toute façon, j’aime bien quand c’est écrit gros, parce que j’oublie souvent mes lunettes.

Voilà voilà, en gros, ce qui m’a fait pencher pour le Samsung. A l’utilisation, j’en suis plutôt contente, il est rapide, il y a de la place pour toutes mes applis stupides/lolcats, les couleurs sont un peu bizarres au début, à cause de l’écran Amoled, mais on s’y fait plutôt vite. En fait, le vrai seul bémol que je pourrais rajouter, c’est le fait que le lecteur mp3 de base est un gros lamentin attardé baignant dans son caca, du coup, dès qu’on décide de retourner à l’écran d’accueil, il ne comprend pas qu’il doit continuer de fonctionner, en tâche de fond quoi. Alors il se met en pause, le con, mais ça à priori, c’est corrigé par une mise à jour. Parlons en des mises à jour tiens, pour le moment, pas trop à redire, à part qu’il faut créer un compte chez Samsung pour les faire, et que je trouve ça un tout petit peu con.

J’espère que cet article vous aura plus (non en fait je m’en contrefous), c’était simplement histoire d’éclairer le chemin des pauvres padawans qui hésitent entre les deux et tombent comme moi, sur des comparatifs uniquement basés sur les caractéristiques techniques (ou de 50 pages qu’on a trop la flemme de lire tellement c’est pas marrant), sans vraiment donner un avis. Sur ce, je n’ai plus qu’une chose à vous dire les mollusques : seeya !

 









Dix choses que vous devriez savoir sur la vie.

Hello world !

Et oui, cette fois, j’ai décidé de vous culturer un peu les mollusques, donc c’est parti pour dix choses (totalement pas vérifiées) que vous devriez savoir dans la vie !

1. Un rot (une éructation pour les plus prout-prout d’entre vous), en fait, ça ne veut pas dire que vous avez bouffé comme un gros sale et avalé trois litres d’air par bouchée, non non non ! En fait, un rot, c’est un message que vous fait passer votre estomac. Par exemple, quand vous avez bouffé de la tartiflette, si vous rotez, c’est pas pour faire de la place hein, c’est que votre estomac est sympa avec vous et rappelle que pour une fois, vous avez ingurgité autre chose que des pâtes froides devant votre écran, et que c’était bon. Quand votre rot sent le rat mort, après une soirée bien arrosée par exemple, c’est votre estomac qui vous signale que même lui, cette odeur, ça lui donne envie de gerber, qu’un brossage de dents ne vous ferait pas de mal (au pire, la brosse fond, mais on est pas là pour faire des sentiments) et que c’est pour ça que tous les gens à qui vous parlez finissent par convulser.

2. Jouer avec son caca, say mal ! Encore faux ! Ma cousine l’a fait quand elle était gamine, et elle s’est bien amusée.

3. Quand on embrasse un crapaud, il se transforme en prince charmant. FAUX, FAUX, FAUX ET ENCORE FAUX. Ça fait quelques mois que j’en ai un à l’appart, et en fait, quand on embrasse un crapaud, il se transforme en gros porc devant son PC (Rhooooo ça va hein, je rigole chéri).

4. « C’est un mec qui entre dans un café, et plouf! ». En fait, cette blague n’est pas drôle.

5. L’épiphanie (le prétexte qui vous permet à tous de vous bourrer le bide de galette des rois), ça s’appelle aussi la théophanie, mais tout le monde s’en fout.

6. Les choux de Bruxelles, c’est pas bon. Je le sais, j’ai déjà goûté.

7. « Comment t’appelles un chien sans pattes ? ». « Tu l’appelles pas, tu vas le chercher ». Celle-là, au moins, elle est drôle. Comme toutes les blagues un peu cruelles, du genre « C’est un curé qui dit à un autre curé : t’as grossi non ? Et l’autre lui répond : ben non, je rentre toujours dans du 8 ans ». Et aussi : « Papaaaaaa cacaaaaa ! Papaaaaaaa cacaaaaaaaaaaa ! Papaaaaaaaaaa cacaaaaaaaaaaa ! Ok, c’est bon, t’as gagné, j’me retire ». Voilà, ça c’est drôle ! (Nous rappelons à nos aimables lecteurs un peu trop prude que c’est de l’humour, et que ce blog ne cautionne en rien la pédophilie).

8. Les pulls rayés, c’est la classe. POINT FINAL.

9. Tout le monde attend avec impatience le week-end (sauf Lorie, qui préfère rester toute seule), c’est Rebecca Black qui l’a dit :

It’s Friday, Friday
Gotta get down on Friday
Everybody’s lookin’ forward to the weekend, weekend

10. Manger c’est tricher. Bien-sûr, seulement dans des circonstances d’alcoolisation sévère hein, genre le week-end. Le reste du temps vous avez le droit. Promis. Mais si, on ne vous en voudra pas. En plus, si on ne mange pas, on ne fait pas caca, et si on ne fait pas caca, non seulement on ne peut pas jouer avec (je vous jure, ça avait l’air drôlement rigolo), mais en plus, on explose. Si si, c’est mon papy qui le dit : qui  ne rote ni pète explose !

Et voilà, dix choses sur la vie que vous ne saviez peut-être pas, avec lesquelles vous pourrez vous la péter (ou pas) ou au moins éviter de passer pour un bon gros con (toujours : ou pas). En attendant, je vous dis à la prochaine mes petits mollusques décharnés et sur ce, seeya !









Copyright © 2017 La vie d'une geekette - Blog propulsé par WordPress
Merci à Pascalou, mon frère chéri, et Luc pour l'hébergement !

Geekette et féminine. Comme tous les geeks, j'aime mes PC. Comme toutes les femmes, j'aime les sacs à main, les chaussures, faire le ménage, etc. Ce blog est là pour assouvir un besoin égoiste primaire qui consiste à raconter ma vie et à vous faire partager les trucs dont vous vous foutez certainement mais qui me plaisent (ou pas). J'espère au moins vous faire sourire un peu. Vous pouvez également me retrouver sur "Ouatseup", un webzine communautaire où j'officie également.


S'abonner au flux RSSRetrouvez LVDG sur twitterRetrouvez keninette sur twitter
Retrouvez la page facebook de LVDGContactez moiPosez moi des questions sur formspring



Retrouvez-moi sur Ouatseup

Ze big boum