VGOTD – Guild Wars 2 : PVE – le test ultime (ou pas)

 

Hello world !

Je reviens vers vous aujourd’hui avec deux articles, oui, rien que ça ! Mais tout d’abord j’aimerais m’excuser de vous avoir laissés seuls pendant si longtemps, mais say pas ma faute à moi (moi Lolita), say la faute à Guild Wars 2 (et à ma flemme légendaire).

Parlons peu, parlons bien, pour cet article, pas de faux suspense à deux francs six sous (aucune idée de la conversion en euros, sorry), je vous le dis dès le début, Guild Wars 2, c’est trop bien !

Alors ouais, j’vous entend d’ici (encore une fois, j’ai une très bonne ouïe), les MMORPG, say le mal, alors comment GW2, ça peut être trop bien ? Ben déjà, les Meuporg (ou morpeug, choisissez), c’est pas forcément le mal pour peu qu’on soit une personne RESPONSABLE QUI N’OUBLIE PAS DE NOURRIR SON GOSSE, SON CHAT, OU D’ALLER AU BOULOT ! Voilà, pour le reste, c’est comme tout, c’est chronophage si vous voulez que ça le soit, mais au final, on peut quand même se faire plaisir dès le début.

1. Ils ont tout changé, c’est une révolution !

Commençons par le PVE, parce que soyons honnêtes, le PVE c’est pas toujours ce qu’il y a de plus passionnant. Mais avec quelques petites améliorations bien choisies, on peut finalement s’amuser sans aller buter 50 petits bébés loup, puis 50 bébés loup de 6 mois, puis 50 jeunes loups, puis 50 loups adultes, puis 50 loups croulants. Alors ouais, parce qu’en fait, comme partout, il y a des quêtes hein, sauf qu’elles sont un peu moins répétitives, un peu plus variées, et qu’on peut un peu plus se défouler (en balançant par exemple des boules de neige en plein dedans la gueules de gamins qui énervent tout le monde, la meilleure quête du jeu ^^). Les plus, au niveau des quêtes, c’est qu’on peut enfin réellement différencier la quête principale des quêtes secondaires, qu’on a plus besoin de se bouger le cul jusqu’à un PNJ tout pourri, vu qu’il suffit de passer dans la zone de la quête pour la voir apparaître et pour la terminer. Pour la récompense, ne vous en faîtes pas, le PNJ tout pourri sus-cité a découvert le courrier, et plus besoin de chercher une boite aux lettres, le courrier arrive directement chez vous, et est accessible d’un simple clic sur l’interface.

Et puis les quêtes say bien, mais des fois, il faut pimenter un peu tout ça, alors dedans GW2, il y a plein de petits events dynamiques, qui vous rapportent de la thune (sans compter les nombreux loots souvent associés), de l’xp et des points de karma qui vous permettront d’acheter du stuff (du plus simple à l’exotique, mais avec des autres stats que ce que vous pouvez craft), des recettes pour le craft, etc…

Le craft justement, parlons-en. Plus besoin d’aller torréfier votre café, de prendre votre douche, de vous faire une manucure et de vous couper les ongles des pieds pendant que vous essayez de vous faire trois pauvres lingots de minerais de base, non non non ! Et oui, dans GW2, le craft ne prend que quelques secondes, plus vous en faites en quantité, plus ça va vite, et ça, c’est le bien ! Le plus : l’xp apportée par le craft est non-négligeable.

Pour le minerai justement, ou n’importe quelle autre ressource de craft, il y a quelques petites choses à savoir. La première, vous pouvez récolter TOUS les types de ressources que vous voulez, même s’ils ne vous servent pas dans les deux métiers que vous aurez choisi. A vous de voir si vous voulez les garder pour vos reroll (on en reparlera plus tard) ou de les revendre pour vous faire de la thune. La seconde chose à savoir est que le temps où vous tapiez un boss pour accéder à votre précieux minerai et qu’un connard débarquait, le prenait et vous laissait crever dans d’atroces souffrances est révolu. Et oui, le minerai ne disparaîtra pas tant que vous ne l’aurez récupéré, même si un connard vous passe devant le nez, vous l’aurez aussi. Ça marche aussi pour les objets de quêtes, etc…

Toujours concernant le craft, ou plutôt les ressources de craft, vous avez maintenant la possibilité de les stocker dans une banque à part, la banque des « collectables », histoire de soulager un peu votre inventaire. Pour cela, pas besoin de vous rendre dans un lieu particulier, il suffit d’un clic dans votre inventaire. Pour les récupérer, il vous faudra par contre aller à l’atelier de votre métier. A noter que la banque de collectable, comme la banque tout court d’ailleurs, est commune à tous vos personnages, ce qui est plutôt pas mal pour les ressources, mais qui peut vite devenir relou pour la banque normale, étant donné le nombre de slots limités. Pas de panique, vous pouvez acheter des slots complémentaires par le biais du comptoir du lion noir, l’HV local, contre des gemmes que vous pouvez obtenir par de la vraie thune mais aussi avec de la thune IG, du coup, pas forcément besoin de mettre là main au portefeuille !

Pour pimenter un peu tout ça, vous avez également quelques petits ajouts dans la découverte des zones. Au même titre que dans un MMORPG que je ne citerai pas mais qui vient d’accueillir des pandas, la découverte d’une zone vous apporte des points d’xp, mais vous aurez aussi des « points remarquables » disséminés un peu sur la map, des points de compétences (que vous gagnez en plus de ceux que vous gagnez par level, et qui vous permettront de débloquer des sorts), et surtout, mes préférés, des « panoramas ».  Le but évidemment, dans une zone, c’est de débloquer tout ça, pour gagner de l’xp, mais aussi une récompense (de la thune, des ressources pour le craft, et un bonus). Revenons aux panoramas, je vous l’ai dis, ce sont mes préférés, pourquoi ? Parce qu’en général, ils sont posés en hauteur et pas toujours facilement accessibles, ce qui pour les plus teubés (comme moi) a le mérite de rajouter un peu de difficulté au jeu, et de faire marrer vos potes qui vous observent pendant que vous tentez pour la cinquantième fois le saut de la mort.

A noter aussi dans chaque zone, la présence de puzzle jump, qui sont en fait une sorte d’énigme, où il faut trouver son chemin dans une grotte, un lac,… avec des niveaux de difficultés différents, pour accéder le plus souvent à un boss et un coffre. Chaque puzzle-jump terminé vous débloque un succès.

Voilà pour moi les améliorations les plus agréables du jeu (elles sont loin d’être toutes citées).

2. Et le reste alors ?

Globalement, le jeu, côté PVE est plutôt agréable à jouer, on ne s’ennuie pas, et l’ambiance entre les joueurs est plutôt sympa. Les events dynamiques, l’apparition de boss sur la cartes, les points de compétence et quelques autres trucs ont tendance à développer une certaine entraide entre les joueurs, ce qui est ma foi fort appréciable.

Le jeu est plutôt joli quand on a un PC qui tient la route (pas un vieux tromblon de 7-8 ans comme moi), les races plutôt bien travaillées graphiquement parlant (sauf les Sylvaris, aussi surnommés les fougères, qui selon moi sont franchement à chier), et la création de perso permet une vraie personnalisation.

Un mot rapide sur les instances maintenant (je suis loin d’avoir tout fait) : elles sont au nombre de huit dans le jeu, disponible dès le level 30, à faire en mode « histoire », parsemé de cinématiques pour bien vous imprégner du lieu, il permet de débloquer le mode « exploration ». Le mode exploration quant à lui augmente la difficulté de l’instance et propose trois chemins différents, parmi lesquels on devra choisir au tout début, en équipe, et adopte un scénario en rapport avec l’histoire de l’instance. A noter que le mode exploration est plus difficile que le mode histoire, et qu’il permet de débloquer des « tokens », qui vous permettront d’acheter du stuff vers des PNJ. Je précise tout de même qu’il n’est pas nécéssaire de faire d’instance en mode histoire pour faire avancer sa quête principale, mis à part le dernier, « Arah », qui vous permettra de la terminer. En ce qui concerne la difficulté des instances, à vrai dire, c’est difficile de vous en parler pour le moment puisque celle-ci est régulièrement adaptée par le biais de MAJ, mais pour certaines, il vous faudra une bonne dose de réactivité et de réflexion, et une équipe équilibrée. La difficulté, pour équilibrer une team, étant qu’il n’y a pas vraiment de rôle prédéfini, par exemple, l’élementaliste, l’ingénieur ou le gardien peuvent très bien faire office de heal, mais il leur faudra alors faire moins de dps ou être moins tanky.

En ce qui concerne la durabilité du jeu, pour le moment, pas trop à se plaindre de mon côté. Je suis dessus depuis la sortie (25 août pour les préventes), j’y passe une bonne partie de mon temps. Je suis level 80 depuis un bail mais il me reste toujours plein de choses à faire, je suis loin d’avoir tout le stuff que je voudrais, j’ai presque fini d’explorer la map à 100%, mais il me reste pas mal de puzzle-jump à faire, sans parler des instances que je n’ai pas encore toutes terminées.

Voilà, la prochaine fois vous aurez le droit à un article sur le PvP et à un petit lexique pour les gens qui n’ont pas l’habitude de ce genre de vocabulaire, au moins, et c’est assez rare pour le souligner sur ce blog, vous vous endormirez moins cons !

Seeya bitches !





Un commentaire pour “VGOTD – Guild Wars 2 : PVE – le test ultime (ou pas)”

  1. Cool et intéressant ton article !




Laissez un commentaire

« »

Copyright © 2021 La vie d'une geekette - Blog propulsé par WordPress
Merci à Pascalou, mon frère chéri, et Luc pour l'hébergement !

Geekette et féminine. Comme tous les geeks, j'aime mes PC. Comme toutes les femmes, j'aime les sacs à main, les chaussures, faire le ménage, etc. Ce blog est là pour assouvir un besoin égoiste primaire qui consiste à raconter ma vie et à vous faire partager les trucs dont vous vous foutez certainement mais qui me plaisent (ou pas). J'espère au moins vous faire sourire un peu. Vous pouvez également me retrouver sur "Ouatseup", un webzine communautaire où j'officie également.


S'abonner au flux RSSRetrouvez LVDG sur twitterRetrouvez keninette sur twitter
Retrouvez la page facebook de LVDGContactez moiPosez moi des questions sur formspring



Retrouvez-moi sur Ouatseup

Ze big boum