GOTD – La beta de Sim City 5

Hello world !

Aujourd’hui, c’est GOTD ou plutôt Beta Of The Day, et pas n’importe laquelle, juste Sim City 5, un jeu pas du tout connu et pas du tout attendu ! Pour les noobinous qui ne connaissent pas Sim City, il s’agit d’une série de jeu qui sévissent juste depuis 1989 et dans lesquels vous êtes le maire d’une ville que vous devez gérer, avec ses habitants, son électricité et ses fameuses catastrophes naturelles !

 

1. Les nouveautés pour Sim City 5

Soyons honnête, l’intérêt principal dans un jeu de gestion, c’est quand même de se prendre pour Dieu, A priori, dans Sim City 5, ça sera toujours possible puisque vous aurez encore le droit de balancer une bonne grosse tornade dans la tête de ces abrutis de citoyens qui ne se rendent pas compte à quel point ce jeu peut-être complexe (ça inclue l’interface). BAM, maintenant qu’ils n’ont plus de maison, de travail et de centres commerciaux pour se réconforter, ils y réfléchiront à deux fois avant de l’ouvrir !

Le pitch est identique à tous les autres Simcity hein, le but étant quand même de construire votre ville, et surtout d’essayer de la conserver. Vous pourrez donc départager votre ville en 3 zones de construction : habitations, commercial ou industriel. Il y a aussi tous les bâtiments d’utilité publique (hôtel de ville, caserne de pompiers, hôpital,…) ainsi que les bâtiments qui vous fournissent le minimum vital (parc d’éoliennes ou centrale éléctrique classique, château d’eau,…). Ces bâtiments seront pour la plupart upgradables, et si vous produisez plus que ce que vous consommez, vous aurez la possibilité de marchander tout ça avec les villes voisines.

Simcity 5, c’est surtout plusieurs mini-révolutions que nous vante le studio depuis quelques mois :

- La possibilité de contrôler plusieurs villes d’une région, oui, mais seul, OU AVEC SES COPAINS (le capslock me semblait plus que nécessaire ici).

- Le partage de ressources ou services entre les villes.

- Une simulation plus profonde, où chaque Sim à son importance.

- La possibilité de spécialiser votre ville (qui n’a jamais rêvé de faire sa propre ville dortoir, hein ?).

- Le pack Simcity Héros et Méchants : des superéros et des gros villains pour animer un peu votre ville (enfin ça, c’est pour la version en édition limitée).

 

2. Le beta-test

Alors déjà, premier gros problème, on ne peut pas vraiment parler de beta. Ben ouais, parce qu’une beta qui ne se déroule que sur UN week end, limitée à une heure de jeu par ville, disponible pour à peu près n’importe quel abruti qui demande une clé et qui ne valorise pas vraiment le bug-report et autre feedback, ce n’est pas vraiment une beta. Non, moi j’appelle ça une démo-jouable pour que tu craches un peu plus ta thune avant que le jeu sorte.

Du coup, je vais tenter de vous faire une petite description du jeu quand même, mais si vous vous attendez à découvrir de quelle manière j’ai bien pu martyriser mes Sims, vous allez être déçus. Alors, déjà, quand on m’a parlé de Simcity, on m’a annoncé un jeu beau comme ça :

Le seul problème, c’est qu’au début, tu as quand même le droit à une animation dégueulasse (même sur un PC de gamer qui se respecte et qui n’a pas six mois) et à une détection du matos qui laisse franchement à désirer (ouais, une résolution en 4/3 sur un 16/10 déjà say moche, mais quand tu as un i5 et une carte graphique respectable dans le bide et qu’on te met tout au minimum, c’est quand même plutôt vexant). Bon sinon, le jeu n’est pas dégueu, un peu gourmand pour un jeu de ce type (même avec une ville vierge), mais ne vous attendez pas à une explosion de magnificence non plus, de ce que j’ai pu entrevoir en tout cas.

Au premier abord, l’intervalle est toujours aussi complexe (allez, soyons honnêtes, un peu moins) et a toujours tendance à foutre une bonne grosse trouille au néophyte. Heureusement pour eux (et pour moi, ça faisait un bail que je n’y avais pas joué), on a le droit à un gentil petit tuto au début, pour nous expliquer un peu tout ça, et à un guide pour les premières parties. Ah oui d’ailleurs, si comme moi vous avez souffert d’une détection foireuse de votre équipement et que le jeu est dégueulasse avec une résolution abérrante, il va falloir prendre votre mal en patience, vous ne pourrez toucher à RIEN pendant le tuto. Après quelques parties, mis à part certains points qui restent obscures pour moi, tout devient beaucoup plus fluide.

 

3. Remboursez nos invitations !

Alors oui, je sais, c’est un peu léger pour un beta-test, mais comme c’est un peu léger pour une « beta », on est quittes. Je suis vraiment désolée, mais cette « beta » n’est qu’une grosse arnaque. Le temps de jeu étant limité à une heure par ville, tout ce que vous pouvez faire, c’est construire le peu de bâtiment qu’on vous propose, les améliorer si vous avez de la chance, et mieux définir vos zones constructibles au fil de villes. Les catastrophes naturelles ? Elles sont présentes, mais pas disponibles pour la beta. Les chantiers exceptionnels que vous voyez à côté de vos villes ? Pas disponibles pour la beta (bon ça encore, passons). Jouer avec votre potes ? Oui mais va falloir raquer, parce que pas disponible pour la beta. Et enfin être maire de plusieurs villes ? Devinez quoi, pas disponible pour la beta ! Frustration mon amie !

Et oui, le but, c’est vous faire raquer, envers et contre tout ! Ceci dit, c’est plutôt bien fait : une heure de jeu, ça permet déjà de modeler un peu tout le bordel, d’avoir un bon aperçu de ce que tu veux que ta ville devienne. Du coup, quand le petit pop-up te sort que ton heure de jeu est passée, t’as qu’une envie, c’est de l’acheter.  D’ailleurs, une beta, c’est sensé planter, avoir quelques bugs, quelques soucis de traduction, durer plus d’un week end, laisser une vraie place au bug-report et au feedback, ben ici, (presque) rien de tout ça. Alors oui, dans le menu, si tu appuies par inadvertance sur la touche « echap », tu peux voir « feedback » et « bug », mais ça s’arrête là. Ah non, au temps pour moi, à la fin de ta première ville on te demande ce  que tu en as pensé, enfin, pour être honnête, on te demande surtout si t’as l’intention de raquer, tout de suite ou maintenant, ou si t’attend un peu parce que quand même ça coute un bras. Et pour les soucis de traduction, il n’y en a un aucun, la beta est en anglais pour tout le monde, donc si t’es un pauvre petit français et que tu ne comprends pas vraiment l’english, c’est bien fait pour ta gueule. D’ailleurs, même si tu comprends vraiment pas mal l’english comme moi, que tu mates tes films et séries en VO sans sous-titre (guedin), tu risques de galérer un peu quand même si tu n’as pas le vocabulaire nécessaire.

Bon allez, j’ai assez déversé mon venin sur un seul jeu pour aujourd’hui (je vous ai dis qu’il était dispo que sur origin, ce qui vous obligeait à le télécharger et vous créer un compte ?), je vous laisse, je file télécharger les anciens, parce que pour 60€ en précommande ou 80€ si je veux le super-pack de la mort, je crois que je vais attendre un peu pour l’acheter, même si je suis persuadée qu’il va être super.

Seeya bitches !

 

 

 

 






Laissez un commentaire

« »

Copyright © 2017 La vie d'une geekette - Blog propulsé par WordPress
Merci à Pascalou, mon frère chéri, et Luc pour l'hébergement !

Geekette et féminine. Comme tous les geeks, j'aime mes PC. Comme toutes les femmes, j'aime les sacs à main, les chaussures, faire le ménage, etc. Ce blog est là pour assouvir un besoin égoiste primaire qui consiste à raconter ma vie et à vous faire partager les trucs dont vous vous foutez certainement mais qui me plaisent (ou pas). J'espère au moins vous faire sourire un peu. Vous pouvez également me retrouver sur "Ouatseup", un webzine communautaire où j'officie également.


S'abonner au flux RSSRetrouvez LVDG sur twitterRetrouvez keninette sur twitter
Retrouvez la page facebook de LVDGContactez moiPosez moi des questions sur formspring



Retrouvez-moi sur Ouatseup

Ze big boum